Edito


On sent, chez Laurent, une souffrance réelle comme peuvent en ressentir ceux qui ne trouvent pas leur place dans la société. On a envie de lui dire : cher Laurent, ne vous résignez pas mais arrêtez de ruer dans les brancards...

Un édito de Francis Van de Woestyne.