Edito

Un édito de Francis Van de Woestyne.

Benoît Lutgen, le président du CDH, a pris tout le monde par surprise. Sentant monter chez ses militants, chez ses parlementaires, chez ses ministres un vrai ras-le-bol à l’égard des socialistes, il a proposé lundi à son bureau politique - qui l’a approuvé à l’unanimité - de prononcer le divorce brutal avec le PS. Est-ce loyal ? Non. Est-ce élégant ? Non. Est-ce risqué ? Oui. Est-ce audacieux ? Oui. Apparemment, la coupe était pleine. Les humanistes dénoncent deux dérives. Le rapport du PS à l’Etat tout d’abord. Le socialisme est une idée défendable, pourvu qu’elle serve à la collectivité et pas à un parti et ses amis. Le rapport à l’argent, ensuite. Certains socialistes, quelques-uns seulement mais cela suffit, se sont servis plus qu’ils n’ont servi la collectivité.