Edito Quand donc le massacre va-t-il s’arrêter ? Pourquoi sommes-nous devenus indifférents, peut-être lassés, par ce qui se passe en Syrie ? Avons-nous décidé de fermer les yeux, une fois pour toutes, sur ce conflit qui a fait près de 340 000 morts ?