Edito

Un édito de Francis Van de Woestyne.

Theo Francken… Pour certains, Theo est juste un "facho". Pour d’autres, un type réglo qui fait le job pour lequel il a été nommé : gérer les flux migratoires. Il est vrai qu’il agit. Et cela plaît. A ses électeurs en Flandre. Mais aussi à Bruxelles et en Wallonie. Dans les sondages, Theo Francken cartonne. L’homme pose quand même un certain nombre de problèmes. 1. Ses fréquentations. Faut-il rappeler que la veille de sa prestation de serment en tant que secrétaire d’Etat, l’ami Theo participa, sans la moindre gêne, au 90e anniversaire de Bob Maes, ancien activiste pro nazi et fondateur de la milice d’extrême droite aujourd’hui dissoute, le VMO (Vlaams Militante Orde). Bob Maes n’a jamais rien renié de son passé collaborationniste.