Edito On sait évidemment que, la Russie ayant investi le vide laissé par les Européens et les Américains en Syrie, il ne peut plus être sérieusement question de s’attaquer au régime sans prendre le risque d’une dangereuse escalade.

(...)

Un édito de Philippe Paquet.