Edito Face au déni affiché par les responsables du MR après la contre-performance électorale, les langues libérales se délient. Mais les bleus ne veulent pas retomber dans les affres du combat fratricide qui les avait affaiblis, il y a presque dix ans, lorsque deux clans s’opposaient : les uns rassemblés autour des "Michel", les autres autour de Didier Reynders.

Un édito de Francis Van de Woestyne.



(...)