Edito

Un édito de Christophe Lamfalussy.

Rarement un référendum n’a suscité autant de réprobation internationale que celui que Massoud Barzani a organisé lundi dans le Kurdistan irakien. Aucun pays, hormis Israël, n’approuve le projet d’indépendance de cette région autonome où les Kurdes sont majoritaires.

Deux motifs justifient cette unanimité : un, la crainte qu’un Kurdistan indépendant en Irak incite les Kurdes de Turquie, de Syrie et d’Iran à réclamer la même chose; deux, tout l’effort diplomatique international est basé sur le postulat du maintien de l’unité territoriale de l’Irak et non sur son démembrement.

(...)