Edito

Un édito de Jean-Claude Matgen

Il y a plusieurs mois que plusieurs centaines d’exilés, hommes, femmes et enfants, venus du Moyen-Orient et d’Afrique, campent au parc Maximilien et à la gare du Nord, à Bruxelles. Une écrasante majorité n’ont qu’un rêve, rejoindre l’Angleterre. Ils n’ont donc pas l’intention de déposer des demandes d’asile en Belgique. Le voudraient-ils que l’absence totale d’informations au sujet des droits qu’ils pourraient faire valoir les réduit à ne pas même songer à prendre une telle initiative.

La réponse des autorités est claire : pas question de provoquer un appel d’air en organisant un accueil structuré d’une population qui n’a rien à faire sur le territoire belge.