Edito Un édito de Philippe Paquet.

Profitant de la visite d’Etat d’Emmanuel Macron, Donald Trump a redit tout le mal qu’il pense de l’accord, "insensé" et "ridicule", conclu en 2015 sur le programme nucléaire iranien. Il a donné à entendre que, le 12 mai, il pourrait considérer ce document, laborieusement négocié par les Etats-Unis d’Obama, la Russie, la Chine, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, l’UE et l’Iran, comme nul et non avenu.

On ne peut que déplorer une fois de plus l’hostilité caricaturale du président américain à un accord dont on n’est pas sûr qu’il mesure pleinement l’importance...

(...)