Edito

Un édito de Francis Van de Woestyne.

Le discours du 21 juillet est un moment important dans la vie des rois des Belges. Si Albert II utilisait régulièrement sa tribune estivale pour secouer le monde politique - comme il le fit remarquablement en 2011, face à des responsables incapables de résoudre la crise qui paralysait le pays - le roi Philippe a instauré une autre tradition : il préfère profiter de ce contact avec la population pour lui faire part des leçons qu’il a retenues de ses multiples rencontres. Il suffit de jeter un coup d’œil sur l’agenda royal, garni de rencontres qu’il suscite et d’invitations qu’il accepte, pour comprendre les lignes de force du règne de Philippe.

(...)