Edito

Depuis le 7 mai, les Belges regardent avec envie le grand chambardement que subit la France. Emmanuel Ier, le nouveau monarque, administre à ses citoyens des réformes auxquelles ils n’étaient pas habitués. Rien ne l’arrête, pas même la démission du chef des armées.

Pas content ? Au suivant. Pour asseoir le prestige de la France, il reçoit le monde entier.

(...)