Edito

Un édito de Jean-Claude Matgen.

Le parquet espagnol ne lâche pas les membres du gouvernement catalan destitué. Son procureur général demande qu’ils soient inculpés pour détournement de fonds publics, sédition et rébellion, ce qui peut aller chercher dans les trente ans de prison. Il a requis et obtenu, jeudi, une détention provisoire pour huit des neuf ministres qui se sont présentés devant la justice. Il a enfin demandé et obtenu que soit décerné un mandat d’arrêt européen contre leur chef Carles Puigdemont, qui a refusé de comparaître.

(...)