Edito

Un édito de Nicolas Ghislain.

Un incroyable parcours d’obstacles. On peut qualifier ainsi le projet cher au gouvernement fédéral et au ministre de la Mobilité, François Bellot (MR), d’instaurer un "service minimum" - même s’il ne dit pas son nom - dans les chemins de fer belges.