Edito

Un édito de Hubert Leclercq.

Le président rwandais Paul Kagame sera réélu dans les prochaines heures à la tête de son pays. Un troisième mandat dont la seule véritable énigme est son score. Fera-t-il mieux que les 98,3 % obtenus en 2015 lors du référendum sur le changement de la Constitution ? En 2003, pour sa première élection à la tête du pays, il avait atteint les 95 % avant de fléchir à 93 % en 2010.

En réalité, Paul Kagame est au cœur du système du pouvoir rwandais depuis la fin du génocide en 1994. Il aura patienté près de 10 ans avant de revendiquer le trône qui lui revenait, lui, le patron du FPR. Mais le stratège de Kigali peut se montrer patient.