Edito

Un édito de Jean-Claude Matgen.

Selon diverses études, Bruxelles est la 8e ville la plus embouteillée d’Europe et les automobilistes passent bon an, mal an, près de 80 heures dans le trafic bruxellois.

En cause, la pression automobile qui conduit, chaque jour, vers la capitale des centaines de milliers d’automobilistes dont les temps de déplacement ne cessent de s’allonger.

On a déjà écrit à maintes reprises que parmi les solutions pour réduire cette pression, pour diminuer le flux des véhicules à moteurs, pour permettre à Bruxelles et aux Bruxellois de respirer dans tous les sens du terme figurent l’amélioration de l’offre de transports en commun, la mise à la disposition des navetteurs de parkings aux entrées de la ville, l’aménagement de pistes cyclables, l’amélioration des infrastructures, comme les tunnels par exemple, dont le principal a encore fait des siennes jeudi.