Edito Me Dayez feint de faire l’impasse sur le fait que son client continue à représenter pour la Belgique entière, et singulièrement pour les familles de ses victimes, la figure du mal absolu. (...)

Un édito de Jean-Claude Matgen.