Edito

Un édito de Nicolas Ghislain.

Le gouvernement Michel a surpris plus d’un observateur avec son projet de budget 2018. A force d’avoir été si souvent reportée, la réforme de l’impôt des sociétés (Isoc), était dans les limbes. Plus personne n’y croyait car elle était l’objet de divergences profondes entre les partenaires.

Gloire soit donc rendue à Charles Michel d’avoir décroché un accord qui a fait tomber les réticences du CD&V et qui rendra (enfin) l’environnement fiscal plus attractif pour les entreprises, et singulièrement pour les PME qui seront, dans un premier temps, les plus choyées.