Edito

Un édito de Hubert Leclercq.

Sergio Mattarella, le président italien, n’a pas plié. Dans son bras de fer avec le cartel formé par un parti antisystème (le Mouvement Cinq Etoiles) et une formation d’extrême droite (La Ligue), il a fait respecter à la lettre la constitution italienne.

(...)