Edito Un édito de Dorian de Meeûs.

C’est un sérieux signal d’alarme. D’autant que la colère des postiers ne se limite pas à quelques soupirs syndicaux. Le ras-le-bol est généralisé chez bpost. D’ailleurs, fait rarissime, l’union syndicale s’est reformée et lance une grève nationale et tournante. En une semaine, toutes les activités seront successivement touchées : le tri, le transport, la distribution, les guichets… Dans quelques jours, plus rien ne tournera normalement à la poste. Nos boîtes aux lettres vides en témoigneront.