Edito Bien qu’utile, c’est donc un accord de façade. Cette énième crise politique rappelle que seule une Europe forte peut éviter les turbulences provoquées par les gouvernements nationaux. Mais, la veulent-ils vraiment ?