Edito

Un édito de Francis Van de Woestyne.

Il n’est pas facile de convaincre les citoyens de délaisser leur sacro-sainte voiture pour les transports en commun. Il est compliqué de faire accepter les hausses du prix des carburants. L’impôt va dans un pot commun. Et quand le gouvernement augmente les taxes sur le gasoil, au motif que c’est bon pour le climat, les contribuables doivent croire qu’elles serviront bien à la transition écologique. Mais la politique de mobilité a été négligée. En cause : un manque de vision globale et des petits jeux mesquins.