Edito

Voilà, nous y sommes. Clap de fin sur une campagne électorale morne, sans relief, et dont la dernière ligne droite fut éclipsée par la face sombre du foot. Faux !, diront ceux qui, amusés, ont observé avec attention les quelques rebondissements inattendus.

Un édito de Dorian de Meeûs

(...)