Edito

Un édito de Francis Van de Woestyne.

En France, le mouvement des gilets jaunes révèle une cassure ancienne entre deux géographies, deux sociologies : gilets jaunes contre doudounes noires, campagnes contre villes, "beaufs" contre "bobos". Entre villages déconnectés et centres urbains hyperconnectés, entre exclus de la mondialisation et ceux qui en profitent. Entre "européistes" et "souverainistes". La radicalisation du mouvement exacerbe ces différences. Et progressivement, cette protestation fait se lever un peuple, qui se sent oublié, contre un peuple qui veut avancer.

(...)