Edito

Un édito de Jean-Claude Matgen.

Tout au long des trois dernières décennies, les proches des 28 victimes des tueurs du Brabant, qui ont terrorisé la Belgique entre 1982 et 1985, sont passés par des phases d’espoir intense et d’abattement profond. Ils ont dû lire et entendre de nombreuses inepties, se nourrir de témoignages incertains, compter sur la pertinence, jamais avérée, de pistes souvent rapidement fermées, supporter des "révélations" qui n’en étaient pas.

C’est dire si la nouvelle de l’identification possible du géant de "la bande de Nivelles" doit être accueillie avec prudence et distance...