Edito Un édito de Dorian de Meeûs.

A la Chambre, Charles Michel n’a pas condamné les propos de Theo Francken. Mais il le désavoue, publiquement. Dorénavant, le Premier ministre assurera personnellement la représentation de la Belgique sur le processus Dublin au niveau européen. Arguant que les lignes ne peuvent bouger qu’en mobilisant les chefs d’Etat et de gouvernement, il se passe des services de son peu loyal secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration.

(...)