Edito Le dramatique accident ferroviaire qui s’est produit, lundi soir, autour de Morlanwelz, appelle d’abord et avant tout notre compassion pour les ouvriers qui en ont été victimes. Alors que, dans le froid, l’humidité et l’obscurité, ils s’efforçaient de réparer au plus vite des voies abîmées par une collision, survenue lundi matin, entre une voiture, arrêtée sur les rails, et un train, ils ont été fauchés par trois wagons de ce dernier.