Edito À quatre jours d’un scrutin législatif crucial pour la suite de sa présidence, Donald Trump est engagé dans une déferlante populiste qui effraie jusqu’aux dirigeants de son propre parti, inquiets de l’inévitable retour de manivelle. En jouant exagérément sur le sentiment de peur, le chef de l’exécutif a fini, en effet, par adresser un message de haine dont les Américains ont découvert avec horreur les conséquences la semaine dernière, de l’affaire des colis piégés à l’attentat antisémite de Pittsburgh.


Un édito de Philippe Paquet.



(...)