Edito

Un édito de Jean-Claude Matgen.

Ne nous leurrons pas : l’argent a toujours circulé dans le monde du football. Il ne gangrène pas seulement les hautes sphères professionnelles du sport le plus populaire au monde, il affecte aussi les petits clubs des petites divisions des petits championnats.

Il n’empêche. Avec l’affaire Neymar, on dépasse toutes les limites de la décence.

Sauf rebondissement de dernière minute, le joueur de football brésilien évoluera la saison prochaine au Paris Saint-Germain après avoir défendu les couleurs du FC Barcelone. Le feuilleton de son transfert a défrayé la chronique tout au long du mois de juillet. En raison de son montant littéralement astronomique (222 millions d’euros et même 500 millions si l’on tient compte des salaires à payer au joueur et des primes allouées aux nombreux intermédiaires qui sont intervenus dans la transaction) mais aussi du montage financier douteux qui a été imaginé pour faire aboutir le dossier.