Edito

Un édito de Philippe Paquet.

En franchissant vendredi la ligne de démarcation pour entrer en Corée du Sud, Kim Jong-Un s’est déclaré "submergé par l’émotion" - il était, il est vrai, le premier dirigeant nord-coréen à faire ce pas depuis la fin de la guerre de Corée en 1953. L’émotion a été partagée par beaucoup de celles et ceux qui ont vu ces images - surréalistes quand on se rappelle vers quel abîme semblaient nous entraîner, il y a quelques mois encore, les gesticulations militaires de Pyongyang et les imprécations de la Maison-Blanche.