Opinions

Martine Payfa (ancienne bourgmestre et tête de liste DéFI à Watermael-Boitsfort) fait le point après le buzz de son billet d'humeur sur Facebook.

Nous le savons tous, la traversée du Bois de la Cambre est une condition impérative à la fluidité du trafic dans le Sud de Bruxelles.

Une fois encore, l’accès chaotique vers le Bois de la Cambre a fait parler de lui cette semaine. Les embouteillages récents (et qui dureront jusque fin juin selon Bruxelles-Mobilité) sur l’avenue Roosevelt et les quartiers avoisinants apportent un stress insoutenable aux Bruxellois habitant les communes de Watermael-Boitsfort, d’Ixelles et d’Auderghem qui sont littéralement pris en otage entre deux chantiers conséquents: les réaménagements de l'avenue Roosevelt et du boulevard Général Jacques.

En tant qu’usagère quotidienne de l’avenue Roosevelt et ayant été témoin de plusieurs accidents graves impliquant des cyclistes, je ne peux que me réjouir de la décision du gouvernement bruxellois d’intégrer une piste cyclable sécurisante dans cette artère fort fréquentée.

Ce réaménagement ne pourra qu’apporter apaisement et sérénité en garantissant un partage équilibré et sécurisé des usagers.

Mais le chaos provoqué par le chantier m'a poussée à publier un billet d'humeur sur les réseaux sociaux. Et la vive mobilisation citoyenne qu'il a engendré démontre combien la mobilité reste à Bruxelles un sujet sensible et un défi important!

Cette semaine, ce fut un véritable chaos: 45 minutes pour aller de l’Hippodrome de Boitsfort à l’ULB. Plus d’une heure pour se rendre de Watermael-Boitsfort au Centre-ville!

Je suis résolument favorable au développement de la mobilité douce et à l’extension du réseau de pistes cyclables à Bruxelles. Je soutiens toutes les améliorations liées aux transports en commun tel le nouveau Plan Bus élaboré par la Stib (sous conditions d’aménagements) et attends avec impatience la reprise des travaux du RER. Le ministre régional de la Mobilité se doit cependant d’entendre l’exaspération des citoyens face à cette problématique liée à un mauvais phasage et à une lenteur incompréhensible des chantiers à Bruxelles, capitale de l’Europe.