Opinions Face au message électronique, quelle place pour l’écrit à l’ancienne ? En Bretagne, une Belge lance son premier Festival des lettres d’amour. Et vos avis sollicités sur lalibre.be sont quasiment unanimes: écrire des mots doux à la main n’est pas ringard!

D’un côté, il y a les inconditionnels de la lettre d’amour. Et la Liégeoise Nanou Bresmal qui inaugure demain son premier Festival des lettres d’amour est de ceux-là. De l’autre se pointent de nouveaux experts, ceux qui voient plutôt dans les écrits numériques les dignes successeurs des missives manuscrites d’autrefois.

Depuis qu’elle est incidemment tombée sur les écrits adressés par son grand-père à sa grand-mère, Nanou Bresmal se passionne pour les lettres d’amour. En Bretagne où elle vit avec son compagnon, cette maman de six enfants, architecte d’intérieur, vaquait mercredi aux derniers préparatifs de son événement programmé à Auray, de ce 1er au 30 juin. "Après l’attentat contre Charlie Hebdo et alors que j’avais récemment transmis les lettres de mon grand-père à mes enfants, j’ai eu envie de mots d’amour partout autour de nous."

La lettre, charmante et charnelle

Huit boîtes ont donc été installées un peu partout en ville, invitant les habitants à écrire ou à partager leur correspondance intime. "Aujourd’hui, environ 200 lettres ont été récoltées. La preuve que se dire je t’aime est encore possible et que l’écriture n’est pas désuète." Des mots que les habitants peuvent découvrir jusqu’à la fin du mois.

Dans le lot, certaines missives se révèlent particulièrement touchantes. "Je pense à la lettre de Timothée. A onze ans, il écrit à sa chérie. Il a un vocabulaire incroyable et une grande maturité. En même temps c’est très frais, absolument charmant." Une lettre transmise par sa grand-mère. L’organisatrice épingle aussi la lettre d’un ado. "A quinze ans, il m’a écrit une lettre de rupture après avoir participé à un de mes ateliers d’écriture. C’est la seule lettre de rupture que j’ai sélectionnée. Elle était tellement jolie que je n’aurais pas pu ne pas la mettre." Et puis il y a des dons incroyables. "Comme celui de cette dame qui a vécu une histoire d’amour très forte et très passionnée pendant sept ans, a eu deux enfants avec un homme dont elle s’est ensuite séparée. Elle a conservé sept ans d’échanges épistolaires et m’a tout envoyé dans un carton. Plusieurs lettres sont exposées et les autres se trouvent dans un petit coin cosy où les gens peuvent s’installer et en lire l’une ou l’autre selon leur envie."

Avec la lettre, autrefois, il y avait l’attente. Bénéfique ? "En tout cas c’était important d’attendre des nouvelles, de guetter le facteur. Ouvrir une lettre a beaucoup de charme et quelque chose de charnel. Il y a beaucoup de l’autre dans une lettre, ne fût-ce que dans l’écriture." Autre avantage : elle se conserve. "Les échanges SMS ou mails sont intéressants aussi", conclut Nanou Bresmal. "Mais on ne pense pas forcément à les imprimer alors ils sont éphémères tandis que la lettre, elle, se conserve."

Quand SMS, tweets et mails se font vecteurs d’amour

Face aux défenseurs de la lettre d’amour manuscrite, plusieurs experts affirment aujourd’hui l’efficacité des mots d’amour numériques, abrégés et instantanés.

Dans une interview accordée à l’occasion de la sortie de son livre "Lettre d’amour, secret des amants" (Editions L’Esprit du Temps, novembre 2016), le psychiatre Philippe Brenot constate que, sans disparaître totalement, la lettre d’amour a cédé pas mal de terrain aux nouvelles formes d’écriture numériques. "Le mail a remplacé la lettre et le texto, le billet qu’on faisait apporter. La grande différence, c’est la rapidité qui donne l’illusion de la présence et cette présence rajoute de l’excitation amoureuse." Pour lui, SMS amoureux et mails enflammés sont de très efficaces vecteurs d’amour.

Tout en faisant la part belle aux missives amoureuses, le site des correspondances et des lettres deslettres.fr inclut aussi, et massivement, l’écrit destiné à Twitter et aux autres messageries électroniques. La maison Deslettres vient d’ailleurs de publier récemment "Les SMS des grands écrivains". "Qu’aurait écrit Victor Hugo à Juliette Drouet pour la séduire s’il avait eu un smartphone ? Quel billet doux Paul Eluard aurait-il envoyé à Gala ? Et comment Marguerite Duras aurait-elle amené sa rupture par SMS avec Yann Andréa ?", interroge l’éditeur en présentant l’ouvrage sur son site. Dans ce recueil, les plus belles lettres d’auteurs connus sont effectivement transformées en SMS.

Et vous, la lettre d’amour fait-elle toujours partie de votre vie ou lui préférez-vous des modes d’expression plus contemporains ?

Vous êtes nombreux à avoir débattu à ce sujet sur lalibre.be (lire ci-contre) et, à une seule exception près, à avoir exprimé votre attachement à la lettre classique. Un grand merci pour vos partages !

 


Quelques-unes de vos réactions sur LaLibre.be

Non Valérie, 49 ans

La lettre d’amour idéale, pour moi, peut être courte mais doit dévoiler des sentiments, être inattendue et donc surprenante. Quand la sincérité est présente, cela rend les mots encore plus forts.

Non Justin, 27 ans

Je me souviens d’avoir reçu ma première lettre d’amour à douze ans, et six ou sept autres depuis. C’est très excitant, la réception d’une lettre à son domicile ! Puis la lecture, la saveur des émotions… S’il faut la cacher, ça rajoute encore un peu de piment. Et on est toujours très heureux d’aller relire ce qui est écrit, même si c’est une histoire passée.

Non Patrick, 47 ans

Lors de la passion dévorante pour la femme pour laquelle j’ai quitté mon ex-épouse, je lui écrivais une déclaration chaque jour. Je me souviens aussi de la première lettre d’amour que j’ai reçue. J’avais 17 ans et elle m’a donné des ailes !

Non Alex, 27 ans

Mon copain et moi-même, nous nous laissons fréquemment un petit mot dans des emplacements divers (poche de veste, portefeuille, sur le clavier de nos ordinateurs portables respectifs, etc). Le mot tient soit sur un post-it, soit sur un A4 plié. Ce sont souvent des mots d’encouragement, des mots qui donnent de la motivation. C’est toujours une surprise et toujours adorable à découvrir.

Non Bastien, 22 ans

Avec mon copain, on s’échange des lettres dactylographiées et manuscrites. Ce qui compte, c’est le fond. Tous les mots sont importants. Cela n’empêche pas de communiquer aussi autrement. On parle des 22 000 lettres d’amour de Victor Hugo : on doit être à autant de SMS avec mon ami. C’est ça, l’évolution.

Non Charlotte, 25 ans

Les lettres ont une résonance plus romantique et mélodramatique. Parfois, cela peut faire peur. Une lettre demande en tout cas plus de patience. J’ai écrit ma première lettre d’amour il y a quelques mois. Et celle que j’ai moi-même reçue quand j’avais seize ans, je l’ai toujours et mon émotion est intacte quand je la relis.

Non Stéphanie, 44 ans

Moi qui m’étais condamnée à aimer en silence, j’ai ouvert un soir une drôle de lettre d’Amour, si époustouflante que j’ai dû la refermer au bout de cinq minutes tellement j’étais bouleversée. Un tel tsunami que je suis tombée dans l’abysse du doute, me demandant si les romantiques que j’avais tant lus m’avaient rattrapée. Puis soudain vint une couleur aussi verte qu’une prairie à l’infinie douceur : celle de l’Espoir.

Oui Marie-Antoinette, 62 ans

C’est démodé, la lettre d’amour. J’en ai pourtant reçu, surtout entre 14 et 20 ans et ça me faisait plaisir. J’en ai écrit aussi, en réponse. Une belle lettre d’amour, c’est plein de petits mots doux. Victor Hugo et Juliette Drouet se sont échangé 22 000 lettres d’amour. Quand j’y pense, je me dis qu’ils auraient mieux fait de se voir et de se toucher…