Opinions


Une lettre ouverte de Jérôme Cordiez à la classe politique belge.


Bonjour,


je suis indépendant depuis un peu plus de 10 ans.


Depuis 10 ans, je paye tous les ans grosso modo 10.000€ de cotisations sociales.

Des cotisations sociales qui je le sais ne m'ouvrent aucun droit au chômage, mais me permettront un jour peut-être de jouir d'une pension ridicule.

Début 2013, il m'est arrivé ce qu'on appelle communément un accident de vie. En l'espace de 6 semaines, on m'a opéré du cœur, à cœur ouvert, et d'une tumeur à l'hypophyse.

Résultat des courses: 3 mois d'incapacité totale, suivis de 6 mois à mi-temps.

Qui dit incapacité, dit absence de revenus. Qui dit absence de revenus, dit difficulté à payer ces fameuses cotisations supposées m'apporter une sécurité sociale que le monde entier nous envierait. J'ai donc assez naïvement demandé à être dispensé du paiement de celles ci pour 3 trimestres, me disant que se retrouver en faillite pour non paiement de cotisations sociales au moment où justement 10 ans de cotisations pourrait enfin servir à quelque chose, ce serait comme qui dirait un peu surréaliste, une fois.

J'ai introduit une demande en bonne et due forme, j'ai été entendu par une commission, qui m'a interrogé sur les revenus de ma femme, sur les bénéfices passés de ma société… Alors qu'à priori je pensais mon problème beaucoup plus simple: je n'ai pas pu travailler, je n'ai pas eu de revenus, je ne peux donc payer mes cotisations "sociales". CQFD.

Résultat des courses: on m'a refusé cette dispense. Je vais donc devoir payer les cotisations dues, hypothéquant ainsi sévèrement la survie d'une activité de 10 ans. Très chers dirigeants: est-ce bien normal?

Merci de votre attention, et merci de bien vouloir vous rappeler de ce témoignage la prochaine fois qu'il vous prendra l'idée de gloser sur cette "sécurité sociale que le monde entier nous envie"… Tout le monde n'a pas la chance d'avoir droit à des indemnités parlementaires.

Jérôme Cordiez