Opinions

précision

aucun combat anticlérical

Le Centre d’action laïque (CAL) et ses composantes entendent rectifier un certain nombre d’informations parues dans la presse de ces derniers jours à propos d’une "campagne de débaptisation" que le mouvement laïque lancerait et des "certificats de débaptisation" qui seraient délivrés comme il est dit dans "La Libre Belgique" du 19 août 2010.

Le mouvement laïque n’est, contrairement à ce qu’un lecteur de "La Libre Belgique" affirme, pas motivé par le souci de "renforcer à des fins partisanes l’amalgame superficiel et erroné entre les faits de pédophilie et le rôle de l’Eglise catholique".

En réalité, la Fédération des amis de la morale laïque, association membre du CAL, accompagne depuis de nombreuses années un certain nombre (jusqu’à présent limité) de personnes qui s’adressent à elle lorsqu’elles ont pris la décision de demander de se faire radier des registres paroissiaux de baptême de l’Eglise catholique. Aucun prosélytisme, donc, ou quelconque "combat anticlérical", mais bien un soutien administratif donné aux personnes qui, bien souvent, se déclarent athées, agnostiques ou tout simplement sorties de l’Eglise catholique (explications sur la démarche à suivre, formulaire mis à disposition sur son site Internet). La FAML ne délivre donc en aucune manière de "certificats de débaptisation" puisque qu’il est évident que seule l’Eglise catholique est habilitée à radier l’inscription dans les registres paroissiaux.

Farouchement attaché au principe de séparation entre les Eglises et l’Etat, il serait inconcevable que le CAL intervienne d’une quelconque manière dans la gestion interne de l’Eglise catholique romaine !

Rappelons par ailleurs que le baptême catholique n’a aucune conséquence juridique au regard de la loi civile et n’intervient jusqu’à ce jour en aucune manière dans la détermination des montants de subsides publics alloués aux cultes.

La débaptisation est avant tout d’une démarche personnelle de nature symbolique que certaines personnes éprouvent le besoin d’entamer - et d’autres pas - alors qu’ils sont devenus athées, agnostiques ou non croyants.

Force est de constater que les demandes d’intervention adressées à la FAML augmentent à chaque intervention sujette à débat au sein de l’Eglise, tout particulièrement depuis les déclarations du pape Benoît XVI sur le préservatif en Afrique.

CAMPUS DE LA PLAINE ULB, CP236AV. A. FRAITEUR, 1050 BRUXELLES.