Ce que Luc Trullemans et Véronique Genest révèlent sur notre société…

Un commentaire de Dorian de Meeûs Publié le - Mis à jour le

Opinions

Impressionnant. Les buzz créés par ces deux célébrités révèlent un malaise très profond et impose une réflexion plus générale sur notre société. Evitons d’emblée tout malentendu… les propos de M. Météo de RTL sur sa page Facebook sont inacceptables, car il fait un énorme amalgame en mettant tous les musulmans et immigrés dans le même panier. Or, très nombreux sont ceux qui se sont bien intégrés, ils représentent une plus-value pour notre pays. Cela dit, bien que Luc Trullemans soit une célébrité, cela n’empêche pas les dérapages d’un homme ‘comme un autre’ sous le coup d’une agression. Après un tel acte, qu’il soit commis par des mineurs, des drogués, des personnes d’une nationalité précise ou bien d’autres, on a tous tendance – dans un excès de colère - à généraliser et accabler le monde entier de l’injustice que l’on vient de subir… Certains tremblent en silence pendant des mois avant d’enfin oser sortir de chez eux, d’autres se lâchent pour évacuer la tension et leurs ressentiments.

Mais voilà, nombre d’internautes ont sauté sur l’occasion pour applaudir certains propos, comme la conclusion de Trullemans : « Intégrez-vous ou dégagez ! » et ses répétitions : « C’est ASSEZ ! ». Si un tel discours fait un tel buzz… on est dans l’obligation de se poser la question : Pourquoi ?

Nos citoyens sont-ils racistes ? Permettez-moi de penser et d’affirmer que, dans la grande majorité des cas, NON ! La réponse est plutôt dans l’absence de prise de conscience d’un mouvement de fond : il existe une frustration auprès de nombreux citoyens face à l’action des politiques et à la manière avec laquelle les médias traitent le sujet de l’intégration. Ce sentiment pousse des personnes comme Luc Trullemans et Véronique Genest à devenir involontairement des catalyseurs et porte-voix de ce ressenti. Et là, nous – journalistes - avons un rôle à jouer. Nous devons analyser notre manière d’appréhender notre société, car il y a comme un décalage entre le débat public et la perception du grand public. Celui-ci n’a pas forcément tort: il est devenu impossible d’exprimer des réserves sur le ‘mariage pour tous’ ou l’adoption par des couples homosexuels sans passer pour un affreux homophobe, il est presque interdit de critiquer l’Islam sans être accusé de répandre la haine contre tous les musulmans. On s’exprime contre le sexisme dans certains milieux, on s’attaque alors forcément à des personnes. Non, non et encore non !

Acceptons d’aborder tous les sujets

En s’empêchant d’aborder des sujets sensibles tels que l’islamisme radical, on rend un très mauvais service à tous ces musulmans qui se sentent rejetés par la société. Car oui, ce sont bien eux les premières victimes des intégristes ! D’autre part, on radicalise ceux qui souhaitent que notre société aborde ces sujets délicats.

Aujourd’hui, parler d’insécurité, c’est surfer sur les thèmes de l’extrême droite ! Au mieux, on « stigmatise » certains quartiers ! Non, il est normal de pouvoir évoquer l’insécurité et pointer du doigt les zones où même la police n’ose plus se rendre. Cette insécurité n’est pas confirmée par les statistiques ? Alors abordons ouvertement le sentiment d’insécurité. Pourquoi existe-t-il et comment peut-on le combattre ? C’est ça la vraie question. Il est temps que tous les partis démocratiques acceptent de débattre de tout cela, avant qu’un leader charismatique d’extrême droite ne prenne le relais. Si on veut combattre les clichés et discours faciles et populistes, acceptons de parler de certains sujets avec toute la nuance qui s’impose…

Oh, je sais, certains diront que je fais des liens ici entre islam et insécurité ! Non, j’évoque simplement deux sujets dont il est devenu impossible de parler sans être soupçonné des pires intentions.

 

Dorian de Meeûs

Rédacteur en chef du site LaLibre.be

Cet article génère un nombre très important de commentaires qui doivent être tous revus en raison du sujet abordé. Il ne nous est matériellement pas possible d’assumer cette charge additionnelle. En conséquence, nous ne pouvons traiter l'entièreté des commentaires. Veuillez nous en excuser. Merci de votre compréhension. La modération.
Publicité clickBoxBanner