Opinions

Une opinion de Laurent Kroner, enseignant.


"M." est mutique. Grâce à lui, je sais à nouveau pourquoi je fais ce métier.


"En enseignant, les hommes apprennent", a dit Sénèque. Depuis quelques mois, je me demandais: Pourquoi j'enseigne? J'avoue que je me suis quelque peu perdu autour de cette question. Je perdais petit à petit ma motivation, mon envie. Sauf qu'aujourd'hui, "M.", élève de 2ème année primaire, a répondu à ma question. Répondu au sens littéral comme figuré!

"M." est mutique depuis son entrée à l'école, je lui donne cours depuis plus d'un an et je n'ai jamais entendu le son de sa voix. Lors de l'appel des présences, il est le seul à être autorisé à claquer ses doigts pour répondre à l'appel de son nom. Chose qu'il fait sans rechigner et avec un certain amusement d'ailleurs.

Aujourd'hui, les yeux penchés sur mon carnet, j'appelle son nom et j'attends son claquement de doigt habituel. Mais aujourd'hui, je n'entends pas ces deux petits bruits bien distincts, j'entends un "présent" haut et fort d'une voix que je n'avais jamais entendue. Ma première réaction fut la surprise en levant ma tête, il me regardait avec un grand sourire sachant très bien malgré son jeune âge ce qu'il avait provoqué comme réaction chez moi.

La surprise passée, ce "présent" qui claqua dans la salle comme un gros dunk sur la tête du défenseur pour gagner le match de l'année m'a fait lever les bras au ciel et crier de joie comme si nous venions de gagner une finale de championnat!

Aujourd'hui, "M." m'a rappelé pourquoi j'enseignais. Je fais ce métier pour toutes ces petites victoires qui prennent tant de temps à construire! Aujourd'hui, j'ai ré-appris ce que j'avais oublié.