Opinions

Maman d'élève

Les bonnes idées de M.Dupont, ministre de la Communauté française, se suivent avec une parfaite continuité, dans l’absurde. De la maternelle à l’université, c’est tout l’enseignement qui tremble et menace de s’effondrer à très court terme. Les directeurs d’écoles primaires et secondaires voient à coup sûr leur projet pédagogique voler en éclats [] Que des enfants (de tous milieux) aient, à leur niveau fourni un effort considérable et se soient investis à fond dans le projet pédagogique de leur école préparatoire n’intéresse absolument pas les responsables politiques de l’enseignement. Ces enfants ne seront pas prioritaires dans 7 écoles bruxelloises sur base d’une décision arbitraire d’une personne visiblement incompétente. Enfin, M.Dupont émet déjà l’idée pour 2009-2010 de modifier la date d’inscriptions (et très probablement les modalités): entre Pâques et le 20mai soit en pleine préparation des examens avant le CEB [] En Belgique, nos responsables politiques ont simplement retenu de l’étude PISA que plus l’écart entre les résultats (et les écoles) était grand, plus la performance globale était mauvaise. Et donc, ils s’attaquent aux écoles de qualité. En détruisant toutes les meilleures écoles de la Communauté Française (où la mixité existe déjà), c’est sûr que l’écart de résultats sera réduit. Mais la performance globale de la Belgique aussi! Ils détruisent aux passages tous les autres critères de réussite: autonomie et motivation du corps enseignant, bonnes relations entre les enfants qui sont divisés en prioritaires et non prioritaires au sein d’une même classe et qui vont perdre leurs copains d’enfance à une étape-clé de leur vie, qui perdent ainsi leur joie d’aller à l’école.

Diminuer l’écart en prenant exemple sur les "meilleures écoles" et en augmentant la qualité de toutes les écoles est bien évidemment la seule méthode valable pour un meilleur classement de la Belgique quant à ses résultats scolaires. S’attaquer, en dépit de tout bon sens, dans la précipitation à tous les piliers de l’enseignement depuis la maternelle jusqu’à l’université ne débouchera que sur un véritable fiasco à court terme.