Opinions

GESTION

Belgacom: lettre ouverte aux dirigeants

Je viens d'apprendre par les journaux parlés que Belgacom s'apprête à dégraisser : 4.000 emplois perdus ? Plus j'avance, plus je suis effaré par vos comportements. En effet, pourquoi faire payer aux travailleurs des résultats sans doute peu encourageants, dus à votre apparente incompétence?

Moi, je ne n'ai pas fait de hautes études à orientation commerciale (je suis éducateur social !) mais, dans ma logique, je ne comprends pas votre fonctionnement commercial. Si j'étais à votre place, je réfléchirais sans doute autrement :1° Si mes résultats financiers ne sont pas encourageants, c'est que mon produit se vend mal et que les clients se tournent vers la concurrence (opérateurs alternatifs).2° Mes concurrents proposent effectivement des tarifs en général plus avantageux que Belgacom.3° Diverses enquêtes ont démontré que Belgacom est un des opérateurs téléphoniques les plus chers.4° Les diverses campagnes publicitaires parfois mensongères par omission (presse écrite et audio-visuelle, sponsorings sportifs et autres), destinées à faire croire au public que Belgacom est un opérateur meilleur marché que les autres, coûtent très cher et le public en général n'est pas dupe ! De plus, ces publicités coûtent cher et je ne suis pas sûr qu'elles rapportent quelque chose.

Donc, si j'étais gestionnaire chez Belgacom, je pense que je réagirais ainsi: plutôt que de dépenser des millions, voire des milliards, en campagnes publicitaires pour mystifier un public qui n'est pas aussi c que Belgacom voudrait le croire, je pourrais consacrer ce budget pour RÉELLEMENT diminuer mes tarifs et ainsi devenir plus concurrentiel sur le marché et garder mes clients, voire en attirer de nouveaux.

Sans parler des émoluments et dividendes des dirigeants et actionnaires, ni de certaines dépenses de prestige, bien sûr; mais ça c'est une autre paire de manches ! D'autre part, il est plus facile et plus confortable de rester sur ses positions et de faire assumer les conséquences à d'autres (les travailleurs, par exemple).

A bon entendeur, salut !

BANNIÈRE

Nom de famille

Merci à Bernard Pivot (LLB du 12.2.2001) de mettre en balance Rothschild et Van de Putte. Il ouvre la porte à l'actualité du choix ou non de notre patronyme, issu de multiples unions heureuses ou difficiles de notre lignée antérieure.

Heureux sont ceux qui, confiants, courageux et droits ont porté avec dignité la bannière de leur nom de famille durant leur existence.

Bienheureuses les familles humbles qui sont l'humus de notre société, les familles composites qui assument journellement leur idéal accessible et fructueux de la simplicité et du respect d'autrui.

Nous sommes de la génération qui a «reçu» le nom, n'étant pas encore assez «mûrs» pour comprendre le message de filiation qu'implique ce nom de famille.

N'en plaise à Bernard Pivot, je choisis ce que l'on m'a proposé hier, car avec le temps et l'expérimentation de la vie je prends en compte, je comprends, la valeur inestimable de cette reconnaissance, de ce «bagage» génétique et spirituel de ceux qui m'ont fait maillon de la chaîne familiale.

Ainsi ils sont partie prenante de cette progression, pas à pas, vers une humanité plus «acceptable» de nos différences et de nos chemins convergents vers ce quelque chose d'indéfini qui pourrait être la fraternité mondiale

A tous les Rothschild et les Van de Putte en particulier, meilleurs voeux de poursuite de leur idéal sans regrets d'étiquette.

© La Libre Belgique 2001