Opinions Johnny avec 24 heures de retard

J’ai remarqué ce jeudi que toutes les unes des journaux (sauf un) représentaient en pleine page le décès de Johnny Hallyday. Cette info-là arrive avec 24 heures de retard sur le journal papier et, du coup, une autre information capitale (le déménagement de l’ambassade israélienne de Tel Aviv) ne peut se trouver en première page. Il y a une quinzaine d’années, il y avait encore une édition spéciale en début d’après-midi avec pareille info. Dans ce cas, le déménagement de l’ambassade américaine se serait-elle retrouvée en une ? Quoi qu’il en soit, cette info sera priorisée, elle aussi, avec 24 heures de retard…    Christian Segers

Les héros ne sont pas ceux que l’on croit

Tous égaux devant la mort ? Disons que certains le sont un peu plus que d’autres… N’ayant pas l’habitude de hurler avec les loups, dans ce brouhaha médiatique autour de la disparition de Johnny Halliday, je pense à tous ces braves gens qui, de la même maladie et le même jour que lui, sont morts dans l’indifférence générale du monde. Non, les héros ne sont pas ceux que l’on croit…   Jean-Pierre Snyers

Réactions comme dans toutes les langues

J’ai été fort étonné par l’opinion de M. Romero-Munoz ("Apprenez le néerlandais, oui mais lequel ?", dans "La Libre" du 29/11/2017) et par la réaction de M. Jardinet publiée ici même ("La Libre" du 2/12/2017). Non, Messieurs, il n’existe pas différentes formes de néerlandais parmi lesquelles il est difficile de se retrouver. L’Algemeen Nederlands est la langue commune enseignée et utilisée par les instances officielles, les entreprises et les médias. Il y a bien sûr des particularités de prononciation locales comme dans toutes les langues du monde. M. Romero écrit que les enfants francophones apprennent "Hoe gaat het met u ?" et entendent "oewist = hoe is het ?" Tout dépend de la relation entre les personnes concernées; les enfants flamands apprennent "comment allez-vous ?" et peuvent entendre "ça va ?" M. Jardinet s’attriste, lui, du fait que peu de francophones bilingues trouvent un emploi dans les organismes officiels de l’Etat et l’attribue à la différence entre le néerlandais qu’ils savent et celui parlé par les Flamands. Pense-t-il vraiment que les tests de sélection ont lieu dans une autre langue que l’Algemeen Nederlands ?    Victor Abeels

Un accent, marqueur d’exclusions

Excellent exposé que l’opinion de M. Romero-Munoz (idem) ! Etant un vieil Anversois francophone ayant étudié plusieurs années en écoles flamandes je l’apprécie d’autant mieux. Parlant à la fois le dialecte anversois ("aantwaarps") et le néerlandais ("op de letter") j’ai pitié de ces pauvres francos qui s’efforcent d’apprendre cette langue qui est censée leur donner les clés de l’emploi […]. L’accent franco le plus léger est devenu un marqueur d’exclusion. Les examens de néerlandais sont des machines à exclure. Exemple réel : quelle est la traduction de crépuscule ? Avondrood ! La candidate à qui fut posée cette question fut recalée pour ce crime d’ignorance…  Georges Binetter

Ils devront réduire leurs dépenses

Bravo pour la parution de l’opinion de M. Cats ("Impôt sur la fortune, ça y est !", "La Libre" du 5/12/2017) qui ose dire tout haut que le gouvernement s’en prend systématiquement à la classe moyenne. Un gouvernement dirigé par un soi-disant libéral (MR) en compagnie de gens qui se prétendent de droite (NVA) mais qui crève de trouille par rapport à la menace des gauchistes flamands (Cd&V) de faire tomber le gouvernement, si ces impôts ne sont pas validés. […] Comme ceux que les socialistes désignent comme étant "les riches" sont difficilement atteignables grâce aux nombreux Etats ou pays cités sur la liste des Panama papers, ou parce qu’ils ont mis leurs capitaux au sein d’une société familiale, le gouvernement actuel s’attaque à la classe moyenne, dont les revenus ont déjà été taxés à plus de 50 %, et qui devront donc réduire leurs dépenses et bien entendu leurs investissements !  M.S.