Opinions Voici les sujets d'actualité qui vous ont fait réagir la semaine dernière.


GPA


Vous vous trompez de combat

À propos des couples qui font appel à une mère porteuse, La Libre soutient-elle Madame Hazée et ses propos contre "l’offensive médiatique de cette nouvelle aliénation néolibérale" ? De quel droit mettez-vous en cause Monsieur Fogiel alors qu’il désire témoigner du bonheur d’avoir deux enfants grâce à de beaux gestes d’amour et de générosité, de mamans qui ont décidé de porter ceux-ci ? À moins que ce soit le fait inavoué que de désapprouver que les homosexuels puissent avoir des enfants mais dans ce cas vous vous trompez de débat. Pourquoi ne pourrait-on pas prendre un risque pour un enfant qui ne sera pas le nôtre, si c’est un libre choix ? Ces femmes sont compatissantes face à la détresse d’autrui et c’est leur faire offense que de mettre en doute leur motivation. Contrairement à ce que vous laissez sous-entendre, les mères porteuses américaines ne reçoivent qu’une compensation et non une rémunération. Leur plus grande satisfaction est de voir la joie immense de toute une famille, savoir un enfant désiré comblé d’amour, d’en recevoir des nouvelles et même de le rencontrer si elles le désirent en accord avec les parents qui ont fait la démarche et leur vouent une reconnaissance éternelle. Jamais un tel acte ne devrait rester secret en dépit de personnes qui n’y voient que "l’assignation du corps des femmes réduite à des fonctions reproductrices". Si des personnes n’étaient pas si actives à combattre la GPA, la Belgique aurait peut-être déjà pu y mettre un cadre légal et même la valoriser. Ceci éviterait de faire appel à des agences américaines où les divers frais médicaux et d’avocats (obligatoires) sont très coûteux. Surtout, cela détournerait les moins nantis de pays beaucoup moins scrupuleux, avec alors de vrais risques d’exploitation. Vous vous trompez de combat. Ne serait-il pas préférable de mieux encadrer les mamans qui dans un milieu précarisé donnent naissance à de nombreux enfants sans espoir de pouvoir les élever dignement ou qui, avec lucidité, les font adopter par des parents qui, malgré un amour inconditionnel, ne peuvent pas toujours effacer les blessures de leur passé ?

Inès Nagant

Le fruit d’une transaction

Je n’arrive tout simplement pas à comprendre comment, après avoir porté un bébé neuf mois dans son ventre, on peut le remettre en des mains étrangères pour ne plus jamais le revoir… Soit, il s’agit une forme de "sous-traitance" (porter pour autrui) et c’est juste commercial, soit on abuse de femmes en état de faiblesse et ça, c’est criminel ! Dans tous les cas, tôt ou tard, l’enfant voudra en savoir plus ; nul doute qu’il sera choqué d’apprendre qu’il est venu monde par une telle "transaction" !

Madeleine Clobus


Enseignement

Pour débattre il faut comprendre

Pour pouvoir bien argumenter, il faut une maîtrise de la langue française dont l’acquis d’un vocabulaire pointu passe par la lecture. Il faut également une connaissance approfondie de son sujet ainsi qu’une culture générale relativement vaste pour parer à tous les coups de l’adversaire. N’oublions pas que pour débattre d’un texte, l’élève doit d’abord le comprendre pour pouvoir l’analyser et nous savons tous que la langue française regorge de subtilités et de difficultés parfois complexes ; une simple virgule placée à un endroit ou à un autre peut changer le sens de toute une phrase et donc l’idée qu’elle souhaitait transmettre. Ce n’est pas un hasard si le français est la langue officielle de la diplomatie.

Dominique Moisse

Les consternantes "évolutions"

Ancienne (hélas) prof de français et aujourd’hui retraitée (doublement hélas) après des années de passion pour ce métier parfois difficile mais que j’ai adoré, je me retrouve tout à fait dans votre texte du 12/11 Madame Verdruye. Je poursuis mon amour de l’enseignement en aidant de nombreux élèves de tous âges et de tous niveaux en cours particuliers, et je côtoie donc de près (et avec désespoir) toutes ces consternantes "évolutions" auxquelles vous faites allusion. Je fréquente aussi toutes sortes de manuels scolaires truffés de fautes, ainsi que des feuilles distribuées aux élèves, parsemées de fautes, elles aussi, tant dans la forme (construction de phrases et orthographe) que, parfois, dans le fond (erreurs de dates…). Et je ne vous parle même pas du prof qui enseigne à ses élèves que dans la phrase "Jules est un garçon", le mot "garçon" est un complément d’objet direct ! Ni de celui qui rajeunit Aristote de deux siècles. Je ne peux que souhaiter bon courage aux enseignants actuels, et redouter bien des choses pour nos chères têtes blondes et multicolores qui bientôt ne seront plus ni bien pleines ni - surtout - bien faites. Heureusement qu’il leur restera les smartphones et les jeux vidéo, pas vrai ? Parce que lire… "on n’a pas le temps, Madame !".

Liliane Schraûwen


Études de Médecine
 

Se réorienter

Le maître mot serait le "décloisonnement des professions médicales et paramédicales", face à la pénurie de médecins. La France supprime le numerus clausus et a instauré un Bac + 5 master pratique avancée (existant déjà en Belgique mais non reconnu) pour les infirmiers ce qui ne semble pas une solution à ce sens… Il faudrait aussi donner la possibilité aux infirmiers masterisant en santé publique ou pratique avancée (possédant déjà un inami) de se réorienter et s’approfondir s’ils le souhaitent dans un master de médecine générale. Et la sélection se réaliserait pour tout postulant lors du choix définitif strict de la spécialité… La médecine est large et devrait être ouverte à tout le monde et ne devrait en aucun cas être réservée à une certaine caste ou groupe cible !

Driss Jenai


SNCB
 

Protégez nos câbles

On a trouvé utile de placer jusqu’à 1 600 militaires en rue, selon moi "pour faire joli". Est-ce qu’on pourrait leur demander de coffrer ces commandos de voleurs de câbles ? À situation exceptionnelle, réaction du même tonneau. Cela m’étonnerait que les honnêtes citoyens se baladent sur les rails durant la nuit… Autre piste : peut-être pourrions-nous faire appel à des sociétés privées pour coincer ces voleurs puisque la police n’a pas le temps de s’en occuper.

Marcel Marin


Trump contre CNN
 

Pour qui se prend Donald Trump ?

Bravo CNN ! Il est temps que le monde réagisse. Mais il se prend pour qui ? Le Dieu du monde ou quoi ? Il se trouve vraiment à l’opposé de certains présidents américains dont nous ne partagions peut-être pas les opinions mais qui avaient de la prestance, une éducation et imposaient le respect… Lui n’en n’a pour personne… et il est d’une vulgarité sans nom.

Marie-Claude Turlot Boucherie

Une chaîne stigmatisante

Si CNN était de bonne foi, elle enverrait un autre journaliste que d’Acosta pour apaiser la situation. Mais comme CNN veut en découdre absolument, puisque depuis le début de sa présidence, la chaîne stigmatise le Président sous toutes les coutures et sans le moindre répit, cela finit par ressembler à du harcèlement. D’Acosta est le poil à gratter envoyé systématiquement par CNN sur Trump et la confrontation ne peut que devenir de plus en plus électrique et mener au conflit ouvert qui semble de plus en plus être ce que la chaîne recherche et cela aussi probablement pour assurer ses audiences !

Philippe Lecomte


Alibaba à Liège
 

Bravo !

Avant de s’attribuer des mérites politiques, il faut connaître dans le détail qui a proposé quoi et qu’est-ce qui a déterminé la décision d’Alibaba. Déjà une lapalissade : si Liège Airport n’avait pas été développé Alibaba n’y serait pas. Il faudra voir aussi à long terme l’impact socio-économique du hub mais aussi du commerce en ligne. Mais de toute façon bravo pour la stratégie et la vision de ses décideurs, qu’ils soient PS, MR ou Pastaforiens. Un peu comme pour Ryanair qui subit une correction syndicale légitime après avoir dérégulé le marché du travail mais démocratisé aussi les voyages en imposant à ses concurrents un nouveau modèle. Bref, rien n’est simple.

Daniel Berman

Vers le chômage technologique

Comment peut-on applaudir l’arrivée d’Alibaba à Liège et pleurer la fermeture des Blokker, La Grande Récré ou Maxi Toys ? "Dans un univers digitalisé et automatisé où le travail se raréfie, l’arrivée des robots humanoïdes va précipiter le ‘chômage technologique’jusqu’à l’étape ultime du chômage total ! Et voilà qu’une excroissance de Google, Apple, Facebook et Amazon et Microsoft et les "Natu" comme on les appelle pour Netflix, Airbnb, Tesla et Uber, non seulement participent à la destruction d’emplois mais aussi précarisent encore un peu plus le travail. (L’homme nu - La dictature du numérique - Marc Dugain p-219) Avec les investissements faramineux consacrés au développement de l’intelligence artificielle, la fiction du "chômage total" décrite par Arthur Clarke devient de plus en plus une réalité. Allons-nous commencer à imaginer que les dogmes du productivisme et de la croissance doivent être revisités et courageusement réécrits avec de l’encre teintée d’un vrai courage politique ?

Michel Giacomelli