Opinions

Le récent sommet du G 8 en Ecosse, de même que les concerts et l'engagement politique des célébrités, a mis en lumière la quantité d'aide internationale envoyée aux pays et aux peuples d'Afrique. Ceci se comprend très bien quand on connaît la pauvreté chronique du continent, ses conflits incessants et la prévalence des maladies infectieuses, notamment du sida. L'aide internationale peut faire la différence de manière positive si elle est correctement ciblée et liée aux réformes.

Mais ce n'est pas la panacée. Le fait que tant de problèmes persistent malgré les dizaines de milliards de dollars d'aide et des années d'effort est un triste rappel: l'aide permet aux gouvernements de se lancer dans des investissements déraisonnables qui n'ont que de faibles résultats et qui peuvent facilement être détournés par les responsables corrompus. De plus, l'aide est par définition incertaine et met les Africains à la merci de forces extérieures qui échappent à leur contrôle.

L'effort politique déployé pour l'augmenter est un autre problème né de l'importance prise par l'aide (en plus de la quasi-impossibilité de mesurer avec précision l'échelle des flux de toutes les sources), car il absorbe toute l'attention, qui serait bien plus utile si elle se portait sur un instrument plus puissant de développement économique: le commerce.

Le commerce est l'arme oubliée de la lutte contre la pauvreté, mais il peut apporter bien plus d'aide aux populations pauvres que l'aide internationale ne le peut. Si les pays riches, en particulier les Etats-Unis, les 25 pays membres de l'Union européenne et le Japon, veulent réellement aider les populations pauvres, ils doivent ouvrir leur marché aux productions des pays pauvres, notamment les textiles, l'habillement, les produits agricoles et les produits de base.

Se débarrasser peu à peu des barrières douanières et des quotas d'importation vis-à-vis des exportations en provenance des pays pauvres, et se débarrasser peu à peu des subventions accordées aux producteurs de produits agricoles dans les pays riches, aurait un effet spectaculaire sur la vie de centaines de millions de personnes en Afrique et ailleurs. L'entreprise privée se développerait, des emplois seraient créés et les revenus augmenteraient.

Le commerce, de plus, est profitable pour la communauté internationale de bien d'autres manières, en ce qu'il permet une relance importante des économies des pays avancés. Une étude récente estime que les revenus, aux Etats-Unis uniquement, pourraient s'élever à 500 milliards de dollars annuels si le commerce mondial était totalement libéralisé. De même, les revenus dans le monde entier s'élèveraient de manière significative si le commerce mondial des biens et services était davantage libéralisé.

Le commerce sert également de moteur à la réforme économique et politique. Ce que les pays doivent accomplir pour entrer dans l'Organisation mondiale du commerce (OMC) correspond précisément à ce qu'ils doivent mettre en oeuvre pour devenir plus productifs et plus démocratiques: accepter la primauté du droit, réduire la corruption, s'ouvrir, devenir responsables et jouer la transparence. Un commerce accru permet également de créer et de soutenir une classe moyenne, le groupe social qui précisément se trouve à l'avant-garde des mouvements de réforme démocratique.

Le commerce possède également des avantages stratégiques, car il crée un enjeu pour les différents pays en matière de bonnes relations internationales et dans le maintien de l'ordre et la stabilité. Quand la Chine commerce de manière intensive avec les Etats-Unis et ses voisins asiatiques, elle y réfléchit à deux fois avant de se lancer dans une politique qui mettrait ces relations en danger. De même, le commerce entre l'Inde et le Pakistan pourrait contribuer à la normalisation des relations entre ces deux voisins coupés l'un de l'autre depuis si longtemps.

Si le cas de l'expansion du commerce mondial est probant, les chances d'y parvenir sont assombries, du fait d'une réalité politique simple mais néanmoins fondamentale: ceux qui bénéficient des échanges commerciaux, c'est-à-dire tout le monde, n'en sont pas toujours conscients. Les avantages de la libéralisation, notamment la création d'emplois, la faible inflation et un plus grand choix pour le consommateur, sont souvent invisibles ou seulement partiellement visibles.

En revanche, ceux qui perdent au jeu de la libéralisation, ou qui craignent d'y perdre, bien que relativement peu nombreux, sont loin de se montrer invisibles. Ils ressentent vivement cette menace et agissent en conséquence, dominant souvent la vie politique de leur pays. Certaines minorités fortement motivées peuvent et en fait parviennent à accabler les intérêts généraux des majorités qui ne sont pas aux prises avec les questions des minorités.

Il nous faut donc un engagement des gouvernements pour faire de la libéralisation du commerce international une de leurs principales priorités. Cela se produira uniquement quand les principaux pays commerçants font la preuve d'un engagement à jouer selon les règles.

Pour la Chine, cela implique le respect et la défense des droits de la propriété intellectuelle, l'ouverture aux entreprises non chinoises pour une concurrence à pied d'égalité et la fixation de sa monnaie à un niveau juste plutôt qu'à un bas niveau, artificiellement maintenu. Pour les Etats-Unis, l'Union européenne et le Japon, cela implique de mettre fin aux subventions massives offertes aux agriculteurs et de mettre un frein à d'autres formes de protectionnisme pour les secteurs industriels qui ne sont pas compétitifs.

Les gouvernements peuvent prendre ces mesures s'ils introduisent et développent des programmes conçus pour aider ceux qui perdraient leur emploi du fait de la libéralisation du commerce. Les agriculteurs et les travailleurs déplacés doivent se voir offrir l'éducation et la formation qui leur sont nécessaires pour choisir de nouvelles professions, ainsi que les prestations sociales et de santé et d'autres services essentiels dont ils ont besoin pour les aider à faire la transition.

Tout cela est devenu urgent. Le cycle actuel (Doha) de négociations pour le commerce global est en retard sur son programme et la prochaine session, qui doit se tenir à Hong Kong, s'ouvre ces jours-ci. Où sont tous ceux qui bénéficient des avantages du commerce, ainsi que les célébrités qui se sentent profondément concernées quand il s'agit de soulager la misère et promouvoir le développement? Live Trade, peut-être?

Project Syndicate 2005

(1) «La Possibilité à exploiter: il est temps pour l'Amérique d'altérer le cours de l'histoire.» Ancien directeur adjoint de l'analyse et de la prévision au département d'Etat à Washington, l'ambassadeur Richard Haass préside le Council on Foreign Relations, l'un des principaux centres américains d'étude des relations internationales.

www.project-syndicate.org - Traduit de l'anglais par Catherine Merlen.

© La Libre Belgique 2005