Opinions

Tertullien enseignait au IIIe siècle que la haine est la fille de la peur. Vu l’ampleur de l’islamophobie aujourd’hui, le propos reste d’actualité. Un rapport récent du Réseau Européen contre le Racisme met en exergue notamment une discrimination contre les musulmans. "La Libre Belgique" du 26 mars s’en fait l’écho. Cet article a suscité une réaction d’un parlementaire qui ne doit pas laisser les démocrates indifférents. Alain Destexhe, avec sa tribune "islamophobe ?" (LLB 27/03/2013) a rompu avec l’unanimisme existant entre formations politiques sur l’utilité sociale de la lutte contre le racisme.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, un consensus politique prévalait en Belgique en vue de ne pas reproduire le maelström de haine qui en 40-45 a causé tant de victimes. L’antiracisme a émergé pour renforcer l’inclusion sociétale de tous et toutes. Dans son texte non seulement le député MR minimise, voire nie le racisme dont sont victimes certains de ses concitoyens, mais en plus jette l’opprobre sur ceux qui le combattent. "L’antiracisme s’est également mué en un business totalement subventionné. Les organisations qui s’en font une spécialité ont comme caractéristique de ne compter quasiment aucun militant bénévole mais d’être animées par des permanents salariés qui ne vivent que de la générosité publique" : quel mépris pour les travailleurs de l’associatif, pour les secteurs non marchands, mais aussi pour les bénévoles qui, n’en déplaise à Monsieur Destexhe, militent activement et de manière désintéressée!

Le plus inquiétant ce sont les références du député Destexhe. C’est dans des positions de l’extrême-droite française frontiste et identitaire sur l’antiracisme qu’il semble puiser son argumentaire. En effet, quand Monsieur Destexhe évoque l’antiracisme comme "escroquerie intellectuelle et financière", semble nier le racisme dans notre pays "particulièrement tolérant et accueillant", raille des "subventions inutiles" à un "business totalement subventionné", en quoi son discours diffère-t-il de celui du Front National et du Bloc Identitaire qui à l’unisson (1) déversèrent encore récemment leur fiel sur Harlem Désir, éructant sur "l’escroquerie antiraciste", "le racisme imaginaire et fantasmé" et l’"officine" SOS-Racisme "subventionnée" ? Le numéro 2 du FN est très clair sur cette dernière question. Si ce parti arrive au pouvoir, ce sera la fin des subventions publiques pour "ces associations [qui] n’ont pas de raison d’être sinon de s’occuper de problèmes politiques et pas de problèmes humanitaires ou sociaux" (2). Alain Destexhe se contente d’exiger un "débat public sur l’importance de cette "mouvance" antiraciste, l’idéologie qu’elle véhicule ainsi que le coût qu’elle engendre pour la collectivité". On peut encore relever la virulence de la charge de l’élu bruxellois contre l’idéologie antiraciste qui "est petit à petit devenue la doctrine officielle de nos institutions".

Ainsi, le problème n’est pas le racisme pratiquement inexistant, mais bien l’antiracisme présent partout ! Il est bien sûr légitime de critiquer les religions, de défendre la laïcité, mais aussi d’exiger une utilisation optimale des deniers publics. Un mandataire politique respectable ne peut toutefois le faire en méprisant publiquement des citoyens victimes de discriminations et ceux qui les combattent, en sapant l’antiracisme comme fondement démocratique de notre société ou en jetant en pâture à l’opinion publique des clichés infamants inspirés de thèses populistes.

Alors que l’on pensait que le cordon sanitaire avait perdu sa raison d’être en Belgique francophone avec l’absence dans les parlements d’élus d’extrême-droite, il faudrait peut-être envisager de le réactiver à l’attention d’un parlementaire dont la dérive idéologique a de quoi inquiéter les démocrates conséquents. Il est d’ailleurs étonnant que la formation de Monsieur Destexhe n’ait aucunement réagi à sa sortie. Il n’est pas trop tard, mais il est temps pour Monsieur Michel de prendre attitude sur ce dossier.

(1)] http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2012/09/12/fn-et-bloc-identitaire-les-memes-mots-contre-harlem-desir/

(2) http://www.marianne.net/Louis-Aliot-Si-le-FN-gagne-termine-l-argent-public-pour-SOS-racisme_a213589.html

Une opinion de Carlos Crespo, Militant antiraciste Travailleur de l’associatif.