Opinions

Une opinion de la coalition luxembourgeoise pour la paix (collectif d'associations, voir liste ci-dessous).


A côté de la "Grande Foire agricole" de Libramont se tiendra la "Petite Foire", à Semel. Si nous voulons un autre "Demain", encourageons l’agriculture paysanne plutôt que l’agrobusiness.


Agroterrorisme. Le mot est osé. Il désigne pourtant la même terreur qui répand lâchement la mort autour d’elle, faisant d’ailleurs bien plus de victimes que les attentats sanglants qui défilent sur nos écrans. Mais sans cette violence qui captive tellement notre attention et entretient nos peurs. Au contraire, c’est une terreur souvent silencieuse, provoquant des conflits lointains qui tuent et jettent sur les routes de l’exil des foules entières d’hommes, de femmes et d’enfants.

Aussi soutenons-nous les cinquante organisations belges, européennes et internationales qui ont récemment manifesté leur opposition aux objectifs poursuivis par les responsables du Forum pour le futur de l’agriculture (FFA) organisé le 28 mars à Bruxelles. Avec ces manifestants, nous tenons à rappeler que, pour mettre en place un modèle agricole et alimentaire durable, il faut commencer par ne plus poursuivre l’accaparement des terres, la dégradation des sols et la destruction de la nature et des paysans. Soit tout le contraire des pratiques préconisées par les grosses entreprises mondiales de l’agrobusiness et les grands propriétaires fonciers européens, organisateurs de ce prétendu forum du futur !

Olivier De Schutter, l’ancien rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l’alimentation, avait déjà clairement montré que l’agriculture industrielle utilise certes la plus grande surface agricole, mais qu’elle ne nourrit que la part la plus riche de la population mondiale. Son successeur, Hilal Elver, a constaté qu’aujourd’hui on produit dans le monde de la nourriture pour plus de douze milliards d’êtres humains, soit plus de 170 % de ce qui est nécessaire. Et pourtant près d’un milliard d’entre eux continuent à souffrir de la faim tandis que deux autres milliards souffrent d’obésité. Avec un gaspillage phénoménal de ressources naturelles et de sources d’énergies, sans parler des désordres climatiques qui en découlent.

Et que dire du lien étroit entre le pillage des ressources naturelles et les guerres, notamment celles auxquelles notre pays participe en ce moment ? Sous couvert de la "défense de nos valeurs", un des objectifs occultés est bel et bien le maintien de notre accès à des matières premières et ressources énergétiques, minières, pétrolières et autres, dont notre économie productiviste et consumériste a absolument besoin pour alimenter une croissance que certains rêvent infinie. Ce qui n’empêche nullement qu’une partie grandissante de notre propre population ne cesse de s’appauvrir et de souffrir d’inégalités chaque jour plus criantes.

Malgré leurs effets d’annonce, les pouvoirs publics sont loin du compte lorsqu’ils soulignent volontiers les appuis qu’ils octroient à telle ou telle initiative agroalimentaire méritoire alors que le plus gros de leur effort - peu commenté, celui-là - se traduit par d’importants apports de fonds à des institutions bien connues pour leur soutien à l’agro-industrie, telle que la Banque mondiale.

Pour toutes ces raisons, nous maintiendrons notre soutien à l’agriculture paysanne, notamment en participant cette année encore à un événement-phare, sous sa modeste appellation de Petite Foire, organisée le dernier week-end de juillet. La date n’est pas anodine ni aléatoire. "Il s’agit, rappellent les organisateurs, d’un choix politique tout à fait conscient, à quelques kilomètres à peine de la ‘Grande Foire agricole’ de Libramont, pour démontrer de manière constructive qu’un autre modèle de production et de consommation est possible".

Si nous voulons un autre "Demain", alors, oui… "Qu’est-ce qu’on attend ?" (1)


(1) Titres de deux documentaires récents au succès retentissant en Belgique, France et ailleurs. https://www.demain-lefilm.com/ et http://www.bruxelles-news.be/quest-ce-quon-attend-a-bruxelles-charleroi-liege-et-namur/

Coalition luxembourgeoise pour la paix : Agir pour la Paix - Annoncer la couleur - CAL/Luxembourg -Cellule accueil réfugiés - Centre d’animation globale du Luxembourg - Centre de développement rural - Centre des immigrés Namur Luxembourg - Centre régional d’intégration (Crilux) - CGSP Lux. - CNCD 11.11.11 - Communauté des Frênes - Entraide et Fraternité - Le Gletton - Ferme du Hayon - FGTB Lux - Halle de Han - Maison luxembourgeoise de l’écologie - MOC Lux. - Mojoca - Mouvement d’action paysanne (MAP) - Oxfam Magasins du monde - Périple en la demeure - Réseau de la forêt - Service civil international.