Opinions

Un témoignage de Philippe Defêche, navetteur.


Je fais le trajet Gembloux – Bruxelles Nord quotidiennement dans le cadre de mon activité professionnelle.

Pour ce faire, j’utilise les "services" (mot largement galvaudé pour ce qui concerne cette société) de la SNCB (Infrabel n’existe pas pour moi, je prends mon abonnement auprès de la SNCB et c’est mon unique interlocuteur).

Depuis le 01/01/2017, je comptabilise les retards quotidiens.

A ce jour, j’en suis à 48h et 20 min, soit l’équivalent de plus de 6 jours ouvrables de 8h00/jour.

C'est tout simplement hallucinant.


Même pas un train sur trois à l'heure

Pour les trajets du soir, 36,51% des trains dépassent le retard de 5 minutes pris en compte pour comptabiliser les retards.

Sur les trajets du matin et du soir, ce % est de 25%, soit 1 train sur quatre.

Seuls 30% des trains ont été exactement à l’heure…même pas un train sur trois.

Sur la même période, j'ai pu remarquer qu'en 2018, le retard moyen par trajet est passé de 3,6 à 4,8 minutes par rapport à 2017, soit une dégradation de 33%.

La SNCB doit être la seule société de chemin de fer des pays civilisés dont la durée de trajet a augmenté sur les 30 dernières années…on ne parle plus de progrès, mais de régression.

Pour information, j’introduis des demandes de compensation en application des règles en vigueur...et j’ai royalement reçu 50€ de compensation (même pas en remboursement, en portefeuille électronique à utiliser sur les produits SNCB) pour 48h et 20 minutes de retard. Ridicule, mais je continuerai à introduire ces demandes, par principe.


"Qu'est-ce qu'on peut y faire?"

Hier soir et aujourd’hui, voyager sur cette ligne a encore été la galère totale entre trains supprimés, retards monstrueux, communication totalement fantaisiste (trains annoncés comme "départ à confirmer", puis retard de X minutes avant de disparaitre du tableau puis de nouveau "départ à confirmer"…apparemment le personnel de la SNCB ne savait même pas ou étaient les trains).

Certes ce matin, la cause a été un heurt de personne pour lequel la responsabilité de la SNCB ne peut être engagée.

Mais hier soir, problème de caténaire (entretien ?) et ce soir, raison plus qu’obscure.

Et quand on demande au personnel de la SNCB ce qui se passe, la réponse est "qu’est-ce qu’on peut y faire" ?

Cela situe le niveau de responsabilité et d’engagement dudit personnel.


L'incompétence règne à tous les niveaux

Chaque année, la SNCB est systématiquement classée comme société ayant la plus mauvaise image en Belgique (hormis en 2008, lors de la crise financière).

La tendance est à pousser les citoyens à abandonner la voiture au profit des transports en commun…totalement utopique avec de telles prestations.

Combien de temps encore cette situation va-t’elle perdurer ?

Dans n’importe quelle entreprise normale, les responsables d’une telle faillite au niveau de la qualité de service auraient été licenciés pour faute grave depuis longtemps.

Ici, la même incompétence continue à régner à tous les niveaux.

Quels sont les plans de la direction pour enfin offrir un service correct aux clients (terme également inconnu de ces services) sur toutes les lignes ?

Je ne suis pas un partisan absolu de l’ouverture à la concurrence sauvage…mais pour les chemins de fer, il est très clair que je me ferai un plaisir de changer de transporteur parce que la situation ne pourrait être pire avec un autre opérateur.