Opinions
Une chronique de Cécile Verbeeren, professeur de français en 6e technique de qualification dans une école d'Anderlecht.


Un parent raille ouvertement son fils devant moi, l’autre exprime son découragement face aux résultats de sa fille, et le troisième évoque le manque de communication avec ses enfants.

Le débat sur le rôle des parents dans le suivi de la scolarité de leur enfant est large. En cette époque charnière pour l’enseignement belge, il me semble fondamental d’impliquer les parents au sein de la vie à l’école. Pour cela, il s’agirait de renforcer le dialogue, créer un partenariat éducatif durable (comme mentionné à la page 35 du projet de Pacte pour un enseignement d’excellence) avec les parents et responsabiliser ceux-ci quant à l’importance de leur présence aux côtés de leur enfant.

Le professeur n’a plus pour unique mission de transmettre des savoirs, savoir-faire, savoir-être ou encore des valeurs de vie aux élèves. Dans sa "job description", il lui est signifié de consacrer du temps à rendre "service à l’école et aux élèves". Parmi ceux-ci, l’intemporelle réunion de parents. Dans le projet du nouveau pacte mis en place par le groupe central, il est précisé que l’établissement a pour responsabilité "d’organiser des réunions de sensibilisation avec l’ensemble des acteurs concernés, y compris les parents". Le parent fait partie des acteurs de l’école, il a donc un rôle à jouer. Certainement, mais lequel ?

Vendredi 23 décembre 2016, 10h : remise des bulletins de la période certificative - entendez par là "qui compte" - des examens de Noël. Quelques parents, convoqués de façon répétitive depuis plusieurs semaines, se présentent en compagnie ou non de leur rejeton. Certains parents se montrent très concernés, d’autres préfèrent se cacher derrière un masque d’indifférence, la plupart s’arrêtent sur une constatation : "Oh vous savez, moi, depuis qu’il est adolescent, je n’ai plus d’influence sur sa scolarité." Nous mettons le doigt ici sur une problématique inhérente à notre société : le parent démissionnant à côté de l’enfant arrogant, qui ne voit pas d’intérêt chez l’adulte. Me voilà en train d’enfiler une nouvelle casquette, celle du professeur "qui donne des conseils aux parents démunis", sans me laisser déstabiliser par l’attitude ou les propos de l’interlocuteur. L’un raille ouvertement son fils devant moi, l’autre exprime son découragement face aux résultats de sa fille, le troisième évoque le manque total de communication avec ses enfants. Chaque professeur tente à cet instant de trouver les paroles justes pour apaiser les souffrances chez les uns et encourager les autres.

Dans les faits, l’enfant passe huit heures par jour à l’école et puis certainement encore quelques heures par semaine à faire ses devoirs. Son cheminement scolaire prend une place majeure dans son agenda. Dès lors, il me semble essentiel que le parent, quel que soit l’âge de son enfant, s’intéresse à ce qu’il vit et l’encourage à faire aboutir son projet. Il s’agit de mettre le doigt sur la responsabilisation des parents. Pour cela, le professeur tient rôle d’accompagnateur mais en aucun cas de parent de substitution. Sa part consiste à impliquer les parents en les responsabilisant.

L’école est un droit, l’enfant a des droits, mais ces droits se méritent. Il est donc bon de rappeler aux différents acteurs leur statut, leur rôle voire… leurs devoirs ! Il revient aux parents d’aimer leurs enfants, de leur assurer protection et encadrement. Ce rôle est aussi tenu par l’école, afin que le jeune ait toutes les chances de s’émanciper dans le milieu scolaire. L’important est de lui transmettre "l’amour" de l’école.

Pour que l’enfant puisse être motivé, il est essentiel que le parent montre un réel intérêt pour l’enseignement, fasse preuve de son investissement et, enfin, serve d’exemple afin que l’enfant s’y projette et se reconnaisse dans le modèle éducatif proposé. In fine, l’objectif n’est-il pas celui de construire tous ensemble une société plus citoyenne, plus engagée, plus juste et plus collective ? C’est là tout l’enjeu d’un partenariat éducatif durable.