Opinions

Une invitation à plus de créativité

TOUT SE PASSE COMME SI,

pour un certain nombre de nos contemporains, une quête spirituelle authentique ne pouvait être honorée par les Eglises, dans sa singularité, son intégralité et ses balbutiements. Ces personnes se rencontrent aussi dans les communautés chrétiennes. Pourtant, celles-ci sont convaincues de la beauté et de la richesse de leurs spiritualités. Leur incomparable diversité se déploie non seulement au sein des grands ordres religieux, mais aussi dans des propositions plus discrètes offertes aujourd'hui par certains groupes. Mais sont-elles réellement accessibles aux personnes en recherche? Un fait est là, un nombre important de ces pèlerins de l'absolu est à la recherche de maîtres, d'outils, de lieux, de critères de discernement... Or, les propositions des Eglises ne semblent pas rejoindre leurs exigences et leurs attentes. Ne serait-ce pas une invitation à renouer de façon plus concrète avec l'incarnation?»

Bernard Ugeux, docteur en théologie et anthropologue des religions, «Des questions demeurent», dans «Actualité des Religions», n°48, avril 2003, p.57.

A la recherche de l'harmonie

LE NOUVEL ÂGE

se veut en réaction à une société trop masculine, où prédomine la raison technico-scientifique, analytique et critique. Le «principe féminin» fait d'intuitions, de sentiments, d'affection, de synthèse et de spiritualité, est alors valorisé. Dans la ligne d'une pensée holistique, le Verseau recherche l'équilibre entre le principe masculin et le principe féminin qui se trouve en toute personne. On trouve ici l'influence des théologies féministes et de la vision chinoise du Yin et du Yang. Il faut parvenir à une harmonie de la masculinité et de la féminité en chaque être. Dans le taoïsme, le Yin symbolise les vertus féminines: souplesse et accueil, intuition et synthèse. La yang symbolise les vertus masculines: force et pénétration, raison et analyse. Alors que dans le christianisme, il s'agit de valoriser la différence, dans le Nouvel Age, il s'agit d'une certaine façon de la gommer en réalisant soi-même l'équilibre.»

Charles Delhez, «Nouvel Age et Nouvelles religiosités», Christ Source de Vie / Fidélité, 1994, pp.82-83.

© La Libre Belgique 2003