Opinions

Dixit

AUGUST DE SCHRYVER

, ministre du Congo belge et du Ruanda-Urundi (30 juin 1960): «Cette indépendance n'est pas un abandon, mais bien une indépendance dans l'assistance et l'amitié.»

Le coeur et la raison

À LIRE DANS LA REVUE POLITIQUE.

«Depuis leur rencontre, la Belgique et le Congo forment un couple ambigu. Liés par l'Histoire, ces deux pays, ces deux peuples, entretiennent une relation privilégiée dont le registre sentimental a connu -et connaît encore- de nombreux remous: amitié, allant parfois jusqu'à la fraternité, mais aussi distance, voire déchirure.

»Malgré tout, Belges et Congolais sont partenaires. La Belgique est la première concurrence intellectuelle pour beaucoup de Congolais. La majorité de l'élite de la République démocratique du Congo (RDC) est, en effet, formée dans nos universités. Pour la Belgique, l'Afrique centrale est le seul espace où elle possède une expertise propre reconnue au niveau international...

»(...) Par Louis Michel, la Belgique officielle a investi beaucoup d'énergie dans une diplomatie active en Afrique centrale, mettant fin à un désinvestissement de 10 ans. (...) Le Congo sort de deux guerres qui ont laissé derrière elles plus de trois millions de morts. (...) Il est en phase de reconstruction. Le chantier est grand comme quatre-vingts fois la Belgique. Un sous-continent. (...) Dans cette pièce, la Belgique veut jouer les premiers rôles (...) (pour) faire oublier la dramatique trahison que fut le retrait belge du Rwanda, en 1994, au début du génocide.

»(...) A l'indépendance, en 1960, le Congo avait un Etat mais pas de nation. Aujourd'hui, à travers le mobutisme et la dernière guerre, les Congolais constituent une nation mais sans Etat. (Les Congolais)... ont pris le relais, par le biais de milliers d'initiatives locales soutenues par la société civile (églises -surtout-, syndicat, ONG). (...) Quant à la population belge, que signifient, pour elle, au juste le Congo et son peuple? (...) Ici et là-bas, si les rencontres et les échanges sont ténus, ils sont toujours possibles. Et la solidarité avec le Congo est bien présente. Les liens personnels restent noués. N'existe-t-il pas davantage que nos imaginaires, nourris par une défense d'éléphant vue chez un oncle ou un masque Kasaï accroché dans son salon?»

De Jérémie Detober et François Ryckmans, coordinateurs dans la revue Politique de cet été (n°35, juin 2004) d'un beau dossier «Belgique-Congo: le coeur et la raison», pp. 12 à 45. Outre les politiques belge et congolaise, on y analyse notamment la société civile et les sectes au Congo, le Congo dans l'imaginaire des Belges, le statut des métis, Matongé à Bruxelles, les transferts d'argent, l'image du «Blanc» et du «Noir», etc. Rens. tél.: 02.535.06.84. Webwww.politique.eu.org,

E-mailredaction@politique.eu.org

© La Libre Belgique 2004