Opinions

Triste citoyenneté allégée

«L'ENGLOUTISSEMENT DE LA DÉMOCRATIE «CONTRACTUELLE»,

d'une démocratie comme lieu où s'exerce le pouvoir d'un peuple souverain et responsable, et l'avènement d'une démocratie à la fois molle et tolérante, désaffectée et multiculturelle, ont entraîné l'apparition d'un nouveau modèle de citoyen: l'homme à la fois ultra-tolérant et ultra-suspicieux. (...) Aujourd'hui, tout le monde l'affirme, le désintérêt public pour la politique est grandissant. Il est nourri à la fois d'ignorance et de défiance, voire de répugnance vis-à-vis de la sphère politique. En revanche, les «affaires» qui secouent le «monde politique», elles, connaissent tous les égards médiatiques. Comme si l'abstentionnisme, que l'on tient coutumièrement comme l'expression la plus évidente de cette déréliction politique, était l'expression d'un dégoût incontestable à l'endroit d'une politique corrompue. Il serait alors malvenu au citoyen d'aujourd'hui et décrédibilisant d'exprimer autre chose qu'une suspicion pour dire le moins à l'endroit de l'exercice du pouvoir politique. (...)

Pourtant, si le nouveau citoyen modèle aime réécouter les «vraies gens», observer leur réaction sans calcul, sa posture est distanciée et sa lecture se situe toujours au second degré. Il se veut analytique, critique. Reste que la capacité à trancher requiert davantage qu'une posture intellectuelle recommandable, elle s'appuie sur des savoirs, dont c'est la somme qui inspire cette relativité des vérités énoncées. D'où l'incapacité du citoyen contemporain à dépasser la seule mise en doute, son enfermement dans un scepticisme vide.

En somme, le Français modèle est à la fois acquis aux valeurs de tolérance, il possède une sensibilité pluraliste certaine et s'arme de suspicion généralisée en guise d'argument intellectuel. Le doute peut être cette humilité lucide du fait que la vérité n'est qu'une erreur rectifiée. Mais, systématique, il est un cache-misère intellectuel qui constitue une réaction sous l'emprise de la peur. Il est donc une lâcheté intellectuelle. Le citoyen modèle est «quelqu'un de bien» incontestablement, d'incontestable apparemment, d'un intellectualisme désengagé assurément.»

«Triste citoyenneté allégée», Meidad Benichou, dans «Libération», 08/11/05 (www.liberation.com)

© La Libre Belgique 2005