Opinions

ASSISTANT (DROIT CONSTITUTIONNEL ET DROITS DE L'HOMME), UNIVERSITÉ DE LIÈGE

Le 4 novembre 1950, c'est l'Europe qui adopte la première consécration juridique de la déclaration universelle des droits de l'homme: la convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales (CEDH). Révolution: non seulement des droits y sont énumérés, mais la Convention établit en sus un mécanisme original de protection, qui permet à toute personne de faire constater la violation de ses droits par des organes internationaux (dont la fameuse Cour européenne des droits de l'homme de Strasbourg). Cette Europe des droits de l'homme a pour cadre le Conseil de l'Europe et ses 43 Etats membres, de l'Atlantique à... Vladivostok.

Tous les Etats de l'Union européenne en sont membres. Et les relations entre les deux Europe (celle des 15 et celle des 43) n'arrêtent pas de faire couler l'encre de la littérature scientifique et de revenir à l'ordre du jour des cénacles politiques. Car ne nous y trompons pas: c'est au plein coeur de la Guerre froide un sentiment commun d'identité de valeurs qui a fait l'Europe. Une manière d'école européenne des droits de l'homme, fruit du traumatisme nazi et de la Shoah, à la fois opposée aux dictatures de droite et de gauche qui polluaient le continent européen.

L'Europe s'enorgueillit, à juste titre, de la quasi-disparition, en son sein, de la peine de mort en temps de paix. Les Etats-Unis s'inquiètent de la politique anti-sectes mise en place dans de nombreux Etats d'Europe, dont la Belgique, qui met à mal une certaine conception de la liberté religieuse. Alors, y a-t-il une identité européenne fondée sur les droits de l'homme? Et si oui, quel est son sens?

Dans son célèbre ouvrage, «La Principauté de Liège», Jean Lejeune développait l'idée que c'est l'adhésion commune aux principes libéraux de la Constitution de 1831 qui a fait la Nation belge en réunissant Liégeois et Belges. De la même manière, le préambule de la CEDH n'énonce-t-il pas «que l'un des moyens d'atteindre (une union plus étroite) est la sauvegarde et le développement des droits de l'homme et des libertés fondamentales» ?

Alors, comment peut-on être européen?

Par la création d'un projet commun de droits de l'homme, pardi! Et puisqu'il semble qu'il faille quelque peu relancer la machine, par la poursuite commune d'un but: les droits économiques et sociaux.

© La Libre Belgique 2001