Français, rien à déclarer sur les Belges?

Une opinion de Patrick Roegiers, écrivain belge vivant à Paris. Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Opinions

Comment se porte la caricature du Belge en France ?

Elle est intériorisée. Ce n’est pas que le Français ne rit plus de son voisin du Nord. Mais il est si centré sur lui-même qu’il n’en a plus le loisir. Cela dit, le Belge pour le Français reste caricatural. Un gros type avec accent comme Bouli Lanners. Ou un archétype un peu dégénéré comme Yolande Moreau dans bien des films. Les Belges y prêtent le flan en offrant à bon gré leur propre caricature. C’est pour ça que je n’aime pas ces films 100 % belgicains qui accentuent les clichés.

Cette caricature, ces préjugés que les Français ont à l’égard des Belges a-t-elle, ont-ils, évolué ?

Les Français se rendent compte que la situation de ce pays est grave. Mais ils ne le réalisent pas vraiment. Et préfèrent nier l’évidence. La faiblesse du voisin conforte l’hégémonie hexagonale. Le confort de façade. Coluche avait enfoncé le clou. De bons comédiens, chanteurs, écrivains, artistes, cinéastes, ont suscité le respect. Un Belge dirige les ballets de Marseille, un autre le festival d’Aix-en-Provence. Mais l’atavisme est séculaire. Le Français pratique à l’égard du Belge un paternalisme de proximité.

Pourquoi, quand un Français rencontre un Belge, doit-il sortir une blague belge ?

Il sait que le Belge a de l’humour. Une distance vis-à-vis de lui-même. Il est intelligent, fin, paradoxal, cultivé. Et, à mon sens, extrêmement subtil. En France, on ne rit plus. Sarkozy ricane en grinçant des dents. La France est au garde-à-vous. Le Français se prend au sérieux. Le Belge sait qu’il a tout perdu. Il est désespéré. Mais garde son humour.

Comment le Belge vit-il au quotidien cette première prise de contact avec les Français qui commence le plus souvent par un chapelet de blagues ?

Non, ce n’est pas vrai. Je vis en France depuis 28 ans. On ne m’a jamais raconté une blague belge. Ni demandé mon passeport. La France intègre parfaitement les Belges. Le Français n’aime pas connaître. Il aime reconnaître. Nuance !

Vous le Belge, vous auriez une bonne blague sur les Belges…

“Pourquoi les Belges ont-ils un verre d’eau vide sur leur table de nuit ? Pour quand ils n’ont pas soif.” C’est une blague géniale. Et totalement surréaliste. L’absurde par le manque. Ce sont “Les vacances de Hegel” de Magritte. Un verre d’eau posé sur un parapluie. Le parapluie sur une table de dissection. Parfait pour un pays qui se détricote au fil des jours. Se déchire avec cruauté. Finit en morceaux. En lambeaux comme le drapeau. Une peau de chagrin. Pas de quoi rire…

Une opinion de Patrick Roegiers, écrivain belge vivant à Paris.

Facebook

Derniers articles

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Interview
    Natacha Polony: "Stop à la dictature des minorités. Veganisme, #MeToo, antiracisme..., assez de ces nouveaux bigots"

    Le dernier livre de Natacha Polony, Délivrez-nous du bien !, vient de sortir de presse. Celle qui vient d’être nommée directrice de la rédaction de l’hebdomadaire Marianne y dénonce "la tyrannie des minorités" qui ...

  2. 2
    Opinion
    Les désillusions bruxelloises d'un papa qui redécouvre son pays après dix ans d'absence

    Dans notre capitale "bilingue", des dizaines d’écoles francophones jouxtent des dizaines d’écoles néerlandophones sans s’adresser la parole, sans qu’il y ait la moindre forme d’échange ou de collaboration.

  3. 3
    Opinion
    A cause de 44 centièmes de point en raisonnement ma fille ne pourra pas suivre les études de médecine dont elle a toujours rêvé (TEMOIGNAGE)

    Le témoignage d'un père dont la fille n'a pas été admise en médecine suite à l'examen d'entrée.
    Ma fille n’est pas admise en médecine. Candidate malheureuse à l’examen d’entrée, elle n’est pas autorisée à poursuivre les ...

  4. 4
    Opinion
    Une jeune république de Flandre se heurterait à des problèmes totalement insolubles

    Après les élections communales, un problème politique majeur à caractère communautaire va surgir

  5. 5
    Bruxelles, 2 août 2044, 7h du matin

    Si je suis encore là, j’aurai 87 ans. Projection dans le monde probable où vivront nos enfants et petits-enfants. Telle est en tout cas la direction que nous prenons. Mais il est possible techniquement et économiquement de changer de route. Une opinion de Jean-Pascal van Ypersele.

cover-ci

Cover-PM