Opinions

Une opinion de Hugues Bocquet (23 ans) Philippine Cartier (23 ans) Geoffrey de Hemptinne (23 ans) Aline Terlinden (25 ans) Tanguy Bocquet (23 ans) Priscille de Truchis (25 ans) Norman Sinamenye (23 ans) Stephanie du Bois (25 ans) Louis Tonneau (26 ans) Augustin Cosse (27 ans). Jeunes catholiques belges.


"Où la jeunesse se mobilise-t-elle ?", demandait lundi Dany De Baeremaeker dans ces pages. Nous sommes là ! A nous engager. Face aux défis du monde, la passivité et l’indifférence nous sont interdites. Yallah, comme le disait sœur Emmanuelle, en avant !

Nous sommes sur la même barque et nous allons vers le même port." La phrase du pape François pourrait rythmer nos pensées. Dans la petite chapelle que nous avons aménagée au dernier étage, sous les charpentes de l’ancien prieuré de Corsendonk, nous sommes une centaine. Une centaine de jeunes et quelques prêtres unis en prière alors que devant nous brille le Saint Sacrement.

De loin, la scène peut paraître étrange, mais elle fut au cœur de la Session Lead (Leaders d’espérance, ambition pour demain) (1), notre première université d’été qui s’est déroulée du 9 au 13 septembre, et qui nous a permis de dialoguer autour de la foi et de l’engagement avec des chefs d’entreprises, des politiciens de premiers plans, des artistes ou des personnalités actives dans le monde associatif et scolaire.

S’engager au service du bien commun

Nous provenions de villes, de professions et de sensibilités différentes, mais nous étions sur la même barque tournés vers un même désir : s’engager dans la société au service du bien commun, c’est à dire au service de chaque homme jusqu’aux plus faibles et aux plus fragiles. Reconnaissons-le, le défi n’est pas facile car cette ambition nous invite à servir l’autre dans l’humilité et la justice. Elle trouve ses racines dans la prière et dans la charité qui sont au cœur de notre foi; une foi qui nous donne le désir de nous engager, d’aimer le monde et d’espérer le rendre meilleur.

Le 17 septembre, Dany De Baeremaeker lançait dans "La Libre" une grande carte blanche intitulée "Où la jeunesse se mobilise-t-elle ?". Sans doute partons-nous d’autres paradigmes (nous ne sommes pas les enfants de '68), mais certainement pouvons-nous lui répondre : comme nous y invite le pape François, nous sommes là. Nous sommes là nous aussi pour déjouer l’artificialité et le manque d’espérance qui se traduisent par un certain relativisme et par la société de consommation. Nous sommes là pour y proposer un sens, un projet et avant tout pour retrouver ensemble un dénominateur commun sur lequel construire la Belgique de demain.

Pour y répondre cependant, nous avons besoin de vous, Belges de tous horizons, médias, politiciens, artistes, entrepreneurs, activistes. Nous avons besoin de vous pour que nous puissions ensemble dépasser les stéréotypes qui nous coupent du dialogue véritable. Sommes-nous aujourd’hui capables d’aller au-delà des étiquettes réciproques et d’entrer dans un réel débat d’idées ?

Des chemins radicalement nouveaux

Nous avons besoin de vous, catholiques de toutes générations. Non pas pour faire grandir un clan face à un autre, simplement parce que nous avons soif de partager notre quête de sens, et que cette Session Lead nous a rappelé que nous n’étions jamais grands tout seuls. Nous ne pourrons que grandir ensemble.

Enfin, nous avons besoin de vous, jeunes catholiques de Belgique, car les défis sont immenses. "Tout est lié", rappelait François. Cela nous oblige à trouver des chemins radicalement nouveaux : à la fois sociaux, spirituels, économiques, écologiques. Rarement avons-nous dû réinventer une telle ligne de crête qui rassemble ces paradigmes que la pensée a si souvent séparés.

Nous nous plaçons à la suite de l’encyclique "Laudato Si" du pape François, nous nous mettons en route pour vivre la cohérence de la théologie du corps de Jean-Paul II, nous exerçons notre intelligence pour faire dialoguer foi et raison comme nous l’a toujours enseigné Benoit XVI. Nous ne sommes pas là pour proposer un programme politique défini et arrêté. Nos engagements s’exprimeront de multiples manières dans nos professions, nos familles, dans le secteur associatif, entrepreneurial, académique, politique, scolaire… Chacun est appelé à fleurir là où il est planté. Nous souhaitions simplement vous dire que nous sommes là, impatients de vous retrouver et décidés à témoigner et à agir. Comme partout en Occident, l’Eglise de Belgique se cherche un nouveau rythme, mais l’espérance est grande et nous voyons refleurir dans de nombreuses paroisses des signes de joie.

Avançons vers les hauteurs

Tout est lié, nous sommes sur la même barque, nous allons vers le même port. Face aux défis du monde, la passivité et l’indifférence nous sont interdites. Alors Yallah, comme le disait sœur Emmanuelle, en avant !, et avançons vers les hauteurs. "Génération François", nous répondons à l’appel de notre pape : "Ce serait triste qu’un jeune garde sa jeunesse dans un coffre-fort : cette jeunesse deviendrait vielle, dans le pire sens du terme; elle deviendrait un chiffon; ne servant à rien. La jeunesse est faite pour être risquée : bien la risquer, la risquer avec espérance. Elle est faite pour être misée sur de grandes choses. La jeunesse est faite pour être donnée, afin que les autres connaissent le Seigneur. N’économisez pas votre jeunesse pour vous-mêmes : allez de l’avant ." (François, discours de Juin 2014).

(1) Retrouvez-nous sur notre site Web http://sessionlead.be par email à info@sessionlead.be ou pour la Session Lead 2 du 14 au 18 septembre 2016 pour concrétiser cet appel.